vie locale & economique

Environnement

 

 

L'environnement à Toulaud

La situation de Toulaud sur les contreforts des Monts du Vivarais et les écarts d'altitude caractérisant les parties ouest et est de son territoire engendrent une diversité topographique qui a des retombées directes sur le climat local et la biodiversité. 

La commune de Toulaud est ainsi partagée entre un relief accidenté à l'ouest (point culminant à 627 mètres d’altitude) constitué de collines boisées, et une partie plus plane et de plus basse altitude (200 mètres en moyenne) à l’est.

Située non loin du 45ème parallèle, ce territoire est soumis dans son ensemble à un climat tempéré océanique dégradé mâtiné d'influences méditerranéennes et continentales, mais les diverses expositions engendrées par sa configuration topographique vont donner lieu à l'existence de nombreux micro-climats. Ainsi, le climat prendra des allures méditerranéennes ou continentales et montagnardes plus marquées selon que l’on se situe sur un versant en adret (versant exposé au sud) ou en ubac (versant exposé au nord), sur un sommet ou au fond d'un vallon. Le Massif Central faisant office d’abri, les précipitations sous flux d’ouest sont relativement faibles sur la commune. Des précipitations intenses (épisodes cévenols) sont toutefois à noter en automne. En hiver, malgré des précipitations assez faibles, la partie montagneuse de Toulaud peut être enneigée durant de brèves périodes, notamment lors de remontées de sud. Proche de la vallée du Rhône, la commune est soumise épisodiquement au vent du nord. Comme le reste de la région, Toulaud subit un changement climatique qui se traduit notamment depuis une trentaine d'années par une hausse des températures moyennes.

D'un point de vue hydrographique, la commune de Toulaud est traversée par deux cours d’eau principaux, le Mialan et l’Embroye. Tous deux prennent leur source dans les montagnes de l'ouest et vont se jeter dans le Rhône à l’est, recevant chacun sur leur parcours quelques ruisseaux affluents. Dans leur partie ouest, ils traversent des gorges granitiques, formant des figures d’érosions caractéristiques, telles que des vasques aussi appelées marmites de géant et autres toboggans rocheux. A l'exception de l'Embroye, les cours d'eau du territoire toulaudain ont un écoulement temporaire, puisqu’en été la majorité d’entre eux est à sec. En septembre, lors des épisodes cévenoles, le débordement de ces cours d'eau peut cependant provoquer des inondations conséquentes (inondations de 1900, 1907, 1935, 1960, 1967, 1978, 2008). Peu d’habitations se trouvent heureusement  près des lits de ces rivières, limitant ainsi les dégâts à des glissements de terrains et à des champs inondés.

Ces caractéristiques climatiques et hydrographiques, associées à un substrat rocheux constitué majoritairement de roches métamorphiques dans l'ouest, d'alluvions fluvio-glaciaires dans la plaine et de calcaire sur sa frange est (massif de Crussol), vont permettre le développement d'une diversité végétale sur l'ensemble du territoire. Les espaces boisés occupent plus de la moitié de la superficie de la commune et se situent principalement dans sa partie montagnarde. On observe ainsi des forêts de feuillus (chênes pubescents, frênes, chênes verts, châtaigniers) sur les versants. Des pins sylvestres sont présents dans les zones sommitales. Le long des rivières se trouvent des formations essentiellement composées de frênes, saules, peupliers, aulnes ou encore robiniers. Les associations arbustives sont surtout formées de ronces, buis, églantiers, cornouillers sanguins et fusains d’Europe. Certaines espèces sont présentes au sein des friches ou des landes de la commune, comme le genêt à balais, la bruyère, la ciste à feuille de sauge ou le genévrier cade, ces deux dernières essences étant caractéristiques des milieux méditerranéens. Ces ensembles végétaux sont soumis au risque d'incendie, qui constitue le  risque prédominant sur la commune de Toulaud.

Le territoire toulaudain abrite aussi de nombreuses espèces animales, allant des insectes aux poissons, reptiles, chauves-souris et mammifères sauvages de petite et moyenne taille (sangliers, chevreuils, renards, blaireaux…) 

Tous ces éléments confèrent à la commune une grande richesse environnementale qu'il convient de préserver. Leur présentation est développée dans le diagnostic environnemental réalisé en 2009 sur la commune. Certains points sont aussi abordés dans les "dossiers " du bulletin d'informations municipales "le Grand Ardéchois" :

- l'eau et sa gestion dans le Grand Ardéchois 2010 (pp 19-22)

- la biodiversité dans le Grand Ardéchois 2011 (pp 21-24)

- le changement climatique dans le Grand Ardéchois 2012 (pp 21-28)

 

Diagnostic environnemental

Vous pouvez visualiser le diagnostic environnemental ci-dessous ou le télécharger au format PDF

 


 


 

Voir aussi ››GEOGRAPHIE | HISTOIRE | ALBUM PHOTOS | INTERCOMMUNALITÉ